Grosse en réparation ...

Grosse en réparation… Page 9.

Depuis 3 mois, je jongle entre la maison et l’hôpital.

J’ai de nouveau été hospitalisée deux fois, je suis à la troisième septicémie, à la deuxième pose de drains, et je combat un staphylocoque doré qui ne veut pas me laisser en paix, je suis épuisée …

J’ai été conditionnée depuis ma plus tendre enfance à la maladie, la mort , à la gestion de ma peine et celle des autres … Et puis ça m’est tombé dessus à moi, on croit que ça n’arrive qu’aux autres, que l’on ne risque rien, mais c’est faux, c’est tellement faux …

Il est toujours plus dur de se rendre compte de la gravité des choses quand nous sommes le principal intéressé.

À chaque hospitalisation mon cas est grave, et cette fois je cumule un staphylocoque doré et des drains bouchés.

Les fistules sont toujours là et toujours infectées. Il faut donc reposer des drains. Quant au staphylocoque, il est trop puissant pour moi, mon corps n’arrive plus à se défendre, les infectiologues sont inquiets, les antibios ne fonctionnent pas !

Cette petite bête étrange s’est posée dans mon dos et la douleur est insupportable.

Je reste hospitalisée 15 jours avant que l’on trouve l’antibiotique miracle qui annoncera ma sortie …

Durant cette hospitalisation j’ai passé un nombre d’examens incalculable , 3 scanners, une radio, un irm , une gastroscopie, deux poses de picc Line, une échographie trans- œsophagienne, un Doppler du cœur , un du cou et un des bras .

Heureusement pour moi, le staphylocoque n’a pas touché mon cœur.

J’ai mis du temps, beaucoup de temps à comprendre, je crois même qu’aujourd’hui je n’ai pas accepté entièrement. Les médecins et les infirmières se sont relayés à plusieurs reprises pour m’expliquer, me répéter les choses, ces choses que je ne voulais pas entendre. Je ne veux pas du soutien psychologique qui m’est proposé, pourtant il faudrait, mais je n’y arrive pas, je ne veux pas pleurer, je ne veux pas me lamenter… Je suis dans l’action, et dans l’action on ne s’effondre pas !

Mais un soir il y a eu la claque ….

Mon chéri m’appelle, comme tous les jours, ce jour là il est sérieux, sa voix est plus grave …

« Tu sais Anaïs il va falloir qu’on en parle, si tu ne t’en sors pas, il y a les enfants, il faut prévoir les choses … »

En une fraction de seconde tout s’écroule à nouveau, je ne veux pas en parler, je ne veux pas y penser… Les larmes coulent, je ne veux pas imaginer que tout peut s’arrêter maintenant … Pourquoi moi ? Pourquoi nous ?

Malheureusement on est des millions à ce poser cette question…

A vrai dire il a raison mais nous n’en avons plus jamais parlé, peut être qu’un jour il le faudra, mais je ne suis pas prête à envisager cette hypothèse.

Une amie m’a dit « si cela t’arrive c’est que tu es capable de le supporter … » .

J’espère qu’elle aura raison …

Je pense qu’il n’y a pas de hasard , je crois que ma vie n’a été qu une préparation à ce qui m’attendait aujourd’hui …

Je retourne à Lyon le 26 pour une nouvelle gastroscopie, le chirurgien décidera alors si on enlève les drains ou si il faut retirer l’estomac. Le combat est loin d’être fini, mais j’y crois, je suis sûre qu’un jour tout sera derrière moi …

Publicités

1 réflexion au sujet de “Grosse en réparation… Page 9.”

  1. Putain je pensais que tu allais mieux
    Allez on s’accroche, pense positif, on y croit
    Toute mes bonnes ondes, pour que ton corps prenne le dessus !!!
    Bon courage

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s