À chacun son heure !

23 heures 15… Ce soir j’ai crié trop fort … 

Ce soir j’ai crié un peu trop fort, ce soir ils m’ont poussé à bout… 

Quelle est cette petite chose en plus qui fait que parfois tout bascule ? 

La fois de trop, l’énième bêtise, des pleurs, des cris, et puis d’un seul coup c’est comme si tout nous échappé, le contrôle de soi, la patience, et toute notre bienveillance aussi importante soit elle, s’envole en fumée en une fraction de seconde … 

Se contrôler, ne pas craquer, et puis finir par s’enfermer aux toilettes pour pleurer… 

Dans cette société bien-pensante, il est de mauvais genre de reconnaître ses failles, d’osez dire que parfois nous ne sommes pas les mamans parfaites que l’on voudrait que l’on soit, que parfois nous sommes à bout, ou seulement épuisés ! Il est difficile de dire haut et forts que par moment la maternité n’est pas un bonheur de tout les jours, sous peine d’être décapité en place public, ou encore d’être accusé de ne pas aimer ses enfants suffisamment ! 

La mère parfaite est un idéal impossible à atteindre, une pure création marketing, qui oblige les femmes à se surpasser, certaines arriveront à frôler la perfection mais pour la majorité d’entre nous c’est un poids bien trop lourd à porter, être parent ça s’apprend, et apprendre c’est aussi se tromper parfois… 

Certains soir je n’y arrive plus, quand la patience s’est faite la mâle pour laisser place à la fatigue, il y a des soirs où cette facette de moi même que je déteste prend le dessus, ou je n’arrive plus à encaisser, ou j’aimerais souffler, m’échapper, quelques heures loin de tout ça , me retrouver en tête à tête avec moi même…

Ce soir je n’ai pas été cette mère parfaite ! 

Il est 22 heures, et personne ne veut dormir, moi, je suis épuisée, comme un défi entre eux, une impression qu’ils se mettent en concurrence, lequel des deux feras la plus grosse bêtise, lequel des deux me poussera le plus loin … Ils crient fort, tellement fort, ils se mettent en danger, rigolent à chaque menace qui sort de ma bouche, comme pour me pousser dans mes retranchements … 

Dans ces moments là j’aimerai prendre le recul nécessaire, mais je n’y arrive pas, du moins, je n’y arrive plus ! J’aimerai pouvoir me dire que ce n’est pas contre moi, qu’ils ne font pas ça pour m’atteindre, pourquoi le feraient-ils après tout ? Mais c’est au dessus de mes forces, alors ces soirs là, je vais crier bien trop fort pour eux, je vais menacer, punir, dire des choses que je ne pense pas …ils finiront par se calmer, et moi par culpabiliser. 

Culpabiliser de ne pas être cette mère parfaite qui n’élève jamais la voix, qui n’a besoin d aucunes menace pour se faire écouter, culpabiliser d’être si perdue parfois …

Et comme beaucoup je vais garder ça pour moi, ne pas en parler pour ne pas être juger, mais un jour il faut ouvrir les vannes, en parler pour se soulager, pour réussir à comprendre que, non, ce n’est pas grave de ne pas être une mère parfaite, que non, ce n’est pas grave d’aller crier dans les toilettes, ou de finir en larmes, oui on a le droit de craquer un peu non ? Et tout ça n’enlève en rien tout l’amour que j’ai pour eux, pour ces petits bouts de moi qui rendent la vie merveilleuse bien plus souvent qu’ils ne la rende insupportable ! 

Mais ce soir j’ai crié un peu trop fort, et au milieu de mes larmes, j’ai eu besoin de dire à toutes celle qui ont déjà finit, ou, qui un jour finiront en pleures, enfermer dans les toilettes, ou dans leurs chambres, VOUS N’ÊTES PAS SEULES…. 


Source photo : Pinterest 

Publicités

3 thoughts on “23 heures 15… Ce soir j’ai crié trop fort … ”

  1. coucou!!témoignage que je connaît très bien….comment ne pas craquer?je dit bon courage a toutes ces mamans qui font comme elles peuvent, et j’emmerde les autres.

    J'aime

  2. Ca m’arrive aussi parfois, on culpabilisen mais à un moment donné les nerfs lache et on maîtrise plus rien.
    J’ai ressenti ca il y pas tres longtemps les vacances de février. J’en pouvais plus ils me rendraient dingue.
    Je pense qu’ils sentent quand nous sommes tendus et du coups ca ne les détendes pas du tout et ils nous poussent encore plus a bout sans le vouloir vraiment.
    Pas évident tout les jours et effectivement les gens nous regardent bizarrement quand on dit ca.
    De tout cœur avec vous
    Cynthia une Maman qui adore ses enfants mais qui en bave parfois.

    J'aime

  3. Courage! Je crois qu’on passe toutes par ce point, même celles qui se décrivent comme les plus « bienveillantes ». A trop nous comparer avec ce modèle de mère parfaite qu’on voit se refléter dans toutes nos lectures, même si l’ont sait bien qu’il n’existe pas, on se déclare coupables nous-mêmes, là où c’est juste normal! J’espère que ce petit coup de gueule t’aura fait du bien en tout cas, et tu as bien raison, nous ne sommes pas seules!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s